oubli mot de passe
login Inscription | Abonnement
21.08.2012, 07:26 - Monde
Actualisé le 21.08.12, 07:29

Maroc: la pêche à la moule néfaste pour l’environnement

"Nous ne pouvons pas arrêter cette activité informelle car nous n'avons rien à proposer en contrepartie à ces pêcheurs", a indiqué une source de la commune de Harhoura, station balnéaire proche de Rabat.
Crédit: KEYSTONE

Des milliers de chômeurs foncent chaque matin sur le littoral atlantique marocain pour collecter des tonnes de moules. Au détriment du fragile écosystème marin.

Les chômeurs marocains  venant des bidonvilles régionaux scrutent chaque jour la mer et attendent la marée basse au petit matin, en particulier entre Rabat et Casablanca.

Leur but: s'attaquer à la végétation marine et plus particulièrement aux moules, plus appelées communément les mytiloïdes.
 
Cette surexploitation menace l'écosystème marin de cette région très urbanisée, selon les experts.
 
Accrochés en bordure de mer, les bancs de moules sont exclus de leurs milieux naturels et pêchés à l'aide de petites barres de fer par cette armée de pêcheurs illégaux qui envahissent quotidiennement les côtes au vu et au su des autorités censées pourtant veiller sur la protection de l'écosystème marin.
 
Ces braconniers s'activent en toute impunité, les autorités fermant les yeux sur cette activité qui menace gravement l'écosystème marin.
 
"Nous ne pouvons pas arrêter cette activité informelle car nous n'avons rien à proposer en contrepartie à ces pêcheurs", a indiqué à l'AFP une source de la commune de Harhoura, station balnéaire proche de Rabat.
 
Plus de 2000 personnes
 
Les moules contribuent pourtant à préserver l'environnement marin. Elles filtrent certains organismes aquatiques, épurent l'eau en fixant des métaux sur leurs coquilles et améliorent l'offre en plancton pour les poissons et la flore marine.
 
Les côtes et ses rochers au sud de Rabat "sont passées au peigne fin quotidiennement à l'image d'un crâne rasé", selon les termes d'une ONG environnementale, par ces chasseurs illégaux.
 
Chacun d'eux pêche environ 200 kg de moules qu'il revend au consommateur, une fois décortiquées, à 50 dirhams (5,5 francs) le kg. Le braconnier gagne ainsi entre 100 et 150 dhs par jour.
 
Le nombre de ces pêcheurs qui évoluent quotidiennement entre Rabat et Bouznika (50 km au sud) n'est pas comtabilisé officiellement par les autorités mais selon une source à la préfecture de Rabat, il s'élèverait à plus de 2000 personnes. En saison basse, leur nombre diminue de moitié.
 
"Jusqu'à la mort"
 
Contacté par l'AFP, le service de presse de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'Environnement (publique) n'a pas été en mesure de commenter la question de cette "surexploitation" des gisements de moules.
 
En été, l'armée de braconniers évolue par petits groupes. Elle est visible aussi bien le long des côtes que sur les routes où elle expose parfois sous un soleil torride la vente des collectes de moules.
 
"Une longue exposition des moules au soleil altère ce produit et peut êtred un danger pour la santé du consommateur", affirme à l'AFP le médecin Abdelaziz Ben Ameur de Rabat.
 
Très prisées par les Marocains, surtout pendant le ramadan, la moule est consommée sous forme de tajines (plat à la sauce tomates, aux oignons, à l'ail et au persil) ou sous forme de moule marinée à l'oignon et au citron.
 
Brahim Touil, braconnier connu à Témara (sud de Rabat) défend son activité en affirmant que grâce à elle il nourrit sept personnes. "Si on essaie de m'empêcher de collecter les moules, je me battrai jusqu'à la mort", assène-t-il auprès de l'AFP.
 
Règles à respecter
 
Selon l'Institut nationale des ressources halieutiques, "l'exploitation des ressources du littoral est soumise à une réglementation et à une autorisation".
 
"Les règles de la collecte des moules doivent être respectées", malheureusement elles "ne le sont pas", a déclaré à l'AFP le directeur de cet institut, Mustapha Faïk.
 
Pour sa part, Rachid Choukri, responsable au ministère de l'Environnement, la loi des études d'impact sur l'environnement au Maroc n'évoque pas le cas de ce secteur informel.
 
"Aucune autorité ne gère ce secteur et il est temps que les pouvoirs publics ouvrent ce chantier et ce pour le bien de nos ressources halieutiques", affime cet expert.

Source: ATS



0 commentaire
Publier un commentaire

Veuillez vous identifier pour poster un commentaire sur le site

Adresse e-mail
Mot de passe

Oublié votre mot de passe ?      Créer un compte web free





 





Agenda

Annuaire de liens

Cinéma

E-paper

ipad

iphone

Réseaux sociaux

Sondages